Outcrossing : définition et mode d'emploi

Par Florence Walbaum, Alsciaukat (cet article est publié sur MaineCoonFrance)

Outcrossing en anglais signifie « apport de sang extérieur » dans le contexte de l'élevage. Il correspond donc de la part des éleveurs « outcross » à une démarche d' enrichissement du patrimoine génétique de leurs chats, une gestion particulière de leurs lignées, et une philosophie d'élevage fondée sur le long terme. Les éleveurs outcross misent avant tout sur la santé et la vigueur de leurs reproducteurs, pour assurer la pérennité de la race du Maine Coon.

  Pourquoi faire de l'outcrossing ?

Comme nous pouvons le lire en détails ci-dessus, la race du Maine Coon telle que nous la connaissons aujourd'hui a été bâtie essentiellement sur (seulement) 5 chats ayant vécu dans les années 1960-70. Ils sont :

  •  Andy Katt of Heidi Ho
  •  Bridget Katt of Heidi Ho
  •  Dauphin de France of Tati-Tan
  •  Tatiana of Tati-Tan
  •  Smokie Joe of Whittemore

Ces 5 chats, surnommés les «  top 5  » représentent 70 à 75% du patrimoine génétique des Maine Coons de lignées classiques. Pourquoi ? Les éleveurs ont voulu créer un « look » particulier, et ont travaillé en consanguinité plus ou moins rapprochée sur le long terme avec ces top 5 et leurs descendants pour améliorer et fixer ce look tant recherché.   Cette race très travaillée est aujourd'hui au bord de l'asphyxie sur le plan génétique. On a en effet fixé la beauté des traits extérieurs, mais on a aussi considérablement appauvri le système immunitaire des chats, et fixé des tares génétiques : maladies génétiques diverses, cancers précoces, faible résistance aux maladies, infertilité des mâles et des femelles, etc. sont devenus des problèmes de plus en plus fréquents. Il est donc nécessaire de rafraîchir le patrimoine génétique de la race en apportant du sang extérieur totalement différent. C'est le but de l'outcrossing.

Où trouver du sang neuf ?

 Les « véritables » Maine Coons sont, à l'origine, des chats costauds à poils mi longs originaires du Maine, et identifiés comme tels dans les années 1800. Pour en savoir plus sur les origines des « shags » du Maine, vous pouvez lire cet article : Les Maine Coons en 1903 . Les Maine Coons font partie de la culture des habitants du Maine, et tous peuvent raconter les histoires et anecdotes de leurs « shags ». Les livres des origines de certains clubs des Etats-Unis sont encore ouverts à cette race, et permettent à des éleveurs spécialisés de rentrer dans les stud books des chats dont le phénotype (l'aspect, le type) correspond au standard officiel du Maine Coon, originaires du Nord Est des USA et qui bâtissent ainsi des nouvelles lignées .

( petite parenthèse anecdotique : Andy Katt of Heidi Ho vient du Maryland, Bridget Katt de Floride et sa mère avait les poils courts. Dauphin de France de TatiTan ne vient pas non plus du Maine, mais de New York city ! )

Un chat fondateur d'une nouvelle lignée, rentré à titre initial dans les Livres des Origines, et dont les parents sont inconnus, est appelé un Chat de Fondation, ou F1 .

Un chat F2, donc de 2eme génération est un chat issu d'un F1 au moins d'un côté de son pedigree. Un de ses parents est donc fondateur de lignée, et l'autre a soit un pedigree complet (au moins quatre générations) soit un pedigree incomplet aussi (s'il est un F1, ou F2, ou F3).

Un chat F2, F3, etc. peut être de « nouvelles lignées » si son pourcentage de top 5 est nul ou très faible, ou bien être un chat « outcross », c'est-à-dire issu d'un mélange de lignées nouvelles et classiques. Il convient donc, face à un pedigree Fn, de ne pas baser son jugement sur le nombre de générations après la fondation, mais sur la façon dont est bâti ce pedigree, son pourcentage de top 5 et de clones, les lignées utilisées, etc.

Pour apporter du sang neuf dans son élevage on peut donc opter pour des nouvelles lignées pures, ou pour des chats outcross , dont le pourcentage de top 5 et de clones est considérablement plus faible que la moyenne des chats de lignées classiques.

Comment démarrer un programme outcross :

Si on est débutant

L'idéal est bien-sûr de démarrer un élevage directement avec des chats outcross dont les lignées résultent d'un mélange de nouvelles lignées et de lignées classiques. On a ainsi accès à des chats dont le type est travaillé, et le patrimoine génétique plus sain.

Les chats outcross se développent plus lentement et différemment des lignées classiques, dont le type est plus ou moins fixé et la croissance rapide. Le travail de l'éleveur est donc plus ardu et par conséquent valorisant. Il est nécessaire dans un programme d'outcrossing de prendre le temps de regarder et d'étudier ses chats, de les voir grandir, se développer, pour bien assimiler leurs points forts et leurs points faibles afin de prévoir les meilleurs mariages.

Pour bien faire, il faudrait commencer avec une femelle outcross bien choisie. Après ses premières chaleurs, on lui fait faire les dépistages CMH , PKD et éventuellement dysplasie des hanches . On laisse passer les deuxièmes chaleurs, puis on lui fait faire une saillie externe avec un mâle confirmé également outcross que l'on aura pris soin de sélectionner pour ses qualités apparentes, et aussi ce qu'il transmet à ses chatons, en fonction des points forts et des points faibles de la femelle, afin qu'il les compense le mieux possible. On garde de ce mariage   la meilleure femelle, et le reste est placé « en compagnie ». L'année d'après, on répète ce processus avec un mâle différent (éventuellement aussi avec la femelle que l'on a gardée de la première portée). On se retrouve donc au bout de 2-3 ans avec 3 ou 4 femelles apparentées les unes aux autres, que l'on a vu naître et grandir, que l'on a pu étudier, que l'on a vu reproduire. On sait donc aussi ce qu'elles peuvent transmettre .   A ce stade on est donc dans une situation optimum pour rechercher et choisir (enfin !) le meilleur mâle reproducteur adapté à toutes nos femelles. L'intérêt économique de cette formule n'est pas à négliger, car il permet de limiter l'investissement de départ qui peut se montrer considérable pour ceux qui achètent 4 ou 5 reproducteurs en 1 an !

Evidemment, ceci est sans compter les coups de cours, les hasards, les coups de chance, qui font que l'on va dévier de ce type de programme. Mais il montre bien la philosophie de l'élevage outcross basé sur la durée, la patience,   et l'étude de ses reproducteurs.

Il faut aussi noter qu'il est très difficile de démarrer un tel programme, et qu'il est important de se faire parrainer par un éleveur qui a l'expérience de l'outcrossing, connaît les lignées, les éleveurs sérieux, les pièges à éviter. Un parrain ou une marraine d'élevage ( mentor en anglais) est une source formidable de conseils et de soutien. Il est courant que les éleveurs outcross établis exigent l'aval d'un mentor pour accepter de vendre un chaton d'élevage à un débutant. C'est une pratique peu courante en France, mais très habituelle dans le reste de l'Europe et aux USA. Elle permet aux débutants de ne pas réinventer la roue et répéter toujours les mêmes erreurs.

Si on a déjà des lignées traditionnelles

L'idéal est de « diluer » vos pedigrees en utilisant des chats de nouvelles lignées pures ou presque pour produire des chatons outcross. Vous pouvez procéder de diverses façons en fonction du nombre et du sexe de vos reproducteurs. Par exemple , si vous avez un mâle que vous pouvez mettre à la retraite, et quelques femelles de lignées classiques, le plus simple est de chercher un mâle de nouvelles lignées, et de garder des femelles issues des vôtres. Vous choisirez ce mâle pour son pedigree essentiellement, et vous pouvez mettre son type au second plan puisqu'il sera utilisé avec des femelles au type relativement fixé. Puis, vous remplacerez plus tard le mâle de nouvelles lignées par un mâle outcross, pour travailler avec les femelles outcross que vous aurez produites.

Comment sélectionner un chaton outcross :

  On peut prendre en compte dans l'ordre d'importance :

-          la qualité du pedigree

-          l'historique santé

-          le type

-          la couleur est « la cerise sur le gâteau » !

Voici un lien vers le Maine Coon Heritage Site , qui, entre autres explications sur les problèmes de la race du Maine Coon, présente une liste d'éleveurs outcross et de nouvelles lignées Outcross Cattery list .

Elle n'est pas complète , mais c'est un bon point de départ. Etudiez les sites web, regardez les reproducteurs, consultez les pages des anciennes portées pour vous faire l'oil. Regardez les sites mis éventuellement en lien chez ces éleveurs.

Etudiez les pedigrees, notamment ceux qui sont en lien vers la Database (voir Pawpeds ) et regardez les jusqu'à leur origine en remontant au maximum les générations, jusqu'à la fondation (vous y verrez d'ailleurs les top 5 et les clones).

Choisissez quelques éleveurs et posez des questions. Faites des recoupements. Quand on vous propose un pedigree, contactez en cherchant sur le web les éleveurs qui travaillent déjà avec cette lignée, et renseignez vous auprès d'eux. Vous pouvez demander à voir les dépistages de maladies génétiques des parents et autres ancêtres si possible.

Un bon éleveur vous fera sans doute attendre plusieurs mois avant de pouvoir vous proposer la perle rare. Les portées outcross étant relativement hétérogènes, seuls les meilleurs éléments doivent être sélectionnés pour la reproduction. Un bon éleveur devrait vous aider à choisir.

Mise en garde  : comme dans tout domaine, il y a des éleveurs sérieux et d'autres moins. Attention au phénomène de mode.

On note ici toute l'importance de travailler avec un mentor, de prendre conseil auprès des éleveurs expérimentés qui feront leur possible pour aider.

Les tests génétiques :

La plupart des éleveurs outcross pratiquent systématiquement les dépistages des maladies CMH, PKD et parfois la dysplasie, afin de ne garder que les lignées les plus saines en reproduction. Ce n'est pas toujours le cas, par contre, des éleveurs dits « de fondation », ceux qui sont spécialisés dans la recherche et la sélection des nouvelles lignées : ces éleveurs se trouvent bien sûr exclusivement dans le Nord Est des USA, et selon leur région, il leur est parfois impossible d'avoir accès à un vétérinaire compétent pour les dépistages. Il est fortement recommandé, même si cela n'est pas exigé dans le contrat de vente des chatons que vous choisissez, de faire sur vos reproducteurs le suivi CMH, les tests PKD et éventuellement la recherche de dysplasie. En tant que futur éleveur outcross, vous devenez aussi responsable de la qualité du patrimoine génétique que vous mettez en reproduction. Les nouvelles lignées ont un historique limité. Même si elles sont en théorie plus saines que les lignées classiques sur le plan génétique , elles ne sont pas forcément exemptes de problèmes communs à tous les chats, et il est important de détecter ceux que l'on peut avec les moyens dont nous disposons actuellement. Vous trouverez beaucoup de renseignement sur ces sujets dans le site Pawpeds (certains articles sont traduits en français, il faut y surfer en détail). C'est pourquoi nous conseillons aux débutants de commencer avec des chats de nouvelles lignées au pedigree complet sur 4 générations au moins, et disposant d'un historique santé satisfaisant. Il est risqué d'introduire un F2 de nouvelles lignées pures, sur lequel on n'a pas de recul.

Pawpeds : le projet suédois.

Un outil essentiel dans votre recherche sera la Database . Mise au point par une éleveuse et juge suédoise : Ulrika Olsson , cette gigantesque base de données en ligne permet d'étudier un pedigree jusqu'à ses origines, de calculer le pourcentage des chats de fondation dans un pedigree (les top 5 notamment), de faire des mariages fictifs pour rechercher les meilleurs combinaisons, calculer la consanguinité proche et éloignée, rechercher des lignées, voir des photos de chats, etc.. La Database est maintenant intégrée dans un site web enrichi de divers articles sur l'élevage en général, la race du Maine Coon en particulier, des dizaines de photos, les programmes de dépistage, et présente aussi la possibilité d'envoyer les radios des hanches de vos chats à un lecteur officiel suédois pour le dépistage de la dysplasie. Beaucoup d'articles sont traduits en français, ainsi que le mode d'emploi de la database :

Pour accéder à Pawpeds, cliquer ICI .

Le mode d'emploi en français est : ICI .

Pour accéder directement à la Database, cliquez ICI .

Le chapitre avec les photos de dizaines de Maine Coons présents dans nos pedigrees est ICI .

Outcrossing et Podium :

Si beaucoup de chats de nouvelles lignées ne peuvent aspirer aux spotlights des podiums en exposition, ce n'est pas le cas des chats outcross, dont le type est bien travaillé. Quelle joie quand votre chat montera sur le podium, et que votre travail sera récompensé devant tous!

Mais attention : les expositions font les modes, et les modes changent. Nous vous conseillons donc d'élever les Maine coons que vous aimez, le type qui vous plait, en tenant bien compte du standard (*), et pourquoi pas, de créer la mode au lieu de la suivre !

* voici un lien vers le standard TICA et CFA du Maine Coon en image (version française en cours de traduction) : Maine Coon Seminar   (cliquer sur « Links to Standards » en attendant la version Française )


Toute reproduction, même partielle, est interdite. Toute personne ne respectant pas le droit d'auteur ou à l'image s'expose à des poursuites. Copyright Comte des Fées Création 2011.